La Fête de l'Humanité

ciné-archives
MAGAZINE POPULAIRE N°1
    • Genre
    • Actualités
    • Année
    • 1938
    • Coloration
    • Noir & Blanc
    • Son
    • Sonore
    • Durée
    • 00:34:00
    • Réalisateur
    • ANONYME
    • Format original
    • Film 35 mm
  • Eté 1938. Du rassemblement du 14 juillet à la Fête de l'Humanité, l'actualité politique et sociale, sportive et culturelle, de la France du Front populaire, selon le Parti Communiste, déclinée en neuf sujets courts.

    1. "La foule parisienne fête le 14 juillet".
    Ce 14 juillet 1938, les Parisiens célèbrent aussi bien la Fête Nationale que leur fidélité au serment fait le 14 juillet 1935 de rester unis contre le fascisme. Défilent des membres éminents du PCF et de la CGT : Maurice Thorez, Marcel Cachin, Jean-Pierre Timbaud, Benoît Frachon, Louis Aragon... La guerre d'Espagne est très présente, notamment par l'importance accordée aux anciens volontaires internationaux de retour du front.

    2. "Le 32ème tour de France."
    Au-delà de son prétexte sportif, ce sujet met en valeur la présence de l'Humanité sur le tour de France. La guerre d'Espagne est à nouveau évoquée, puisque la caravane s'arrête dans une colonie de petits réfugiés espagnols.

    3. "Grenoble. Maurice Thorez échappe à un attentat."
    Le commentaire dénonce une tentative d'assassinat qui vient de viser Maurice Thorez, et accuse implicitement l'extrême droite.

    4. "Les paysans de la France au travail."
    Ce reportage relaie une revendication du monde paysan : la création d'une caisse de secours contre les calamités agricoles.

    5. "Paris. Réunis en congrès les vieux travailleurs réclament leur retraite." Les vieux travailleurs réunis à la Maison des Métallurgistes rue d'Angoulême (actuelle rue Jean-Pierre Timbaud) exigent une loi sur la retraite. Interventions à la tribune de Charles Besse, de Léon Bru et de Jacques Duclos.

    6. "Paris. Les congés payés."
    Après des images de départ en vacances, en train ou en tandem, évocation des congés payés au bord de la mer, à Préfailles.

    7. "Clamecy. L'hommage au grand écrivain Romain Rolland."
    La ville natale de l'écrivain inaugure un stade Romain-Rolland, en sa présence et en présence de Jacques Duclos.

    8. "Paris pour la défense des quarante heures."
    A l'initiative de la C.G.T. et de l'Union des syndicats de la région parisienne, des milliers de personnes se retrouvent au Vel' D'Hiv' le 2 septembre 1938, pour la défense des quarante heures et des lois sociales menacées. Julien Racamond pour la C.G.T., Gaston Allemane pour la S.F.I.O. et Jacques Duclos pour le P.C.F. se succèdent à la tribune.

    9. "Garches. La grande fête champêtre de l'Humanité."
    La Fête de l'Humanité à Garches, le 4 septembre 1938. Ce dernier sujet du Magazine Populaire montre d'abord l'afflux de la foule par métro, autocars et trains spéciaux, avant de s'attarder sur les stands des différentes sections et organisations.
    Le reportage insiste sur la convivialité de l'évènement : pique-nique géant, jardin d'enfants animé par des clowns, spectacles et danses folkloriques sur la grande scène.
    La suite est plus politique : après une célébration de la République espagnole, les Comités de Défense de l'Humanité défilent, avant de céder la place aux orateurs. Marcel Cachin exalte le journal l'Humanité, Jacques Duclos défend avec force les 40h, tandis qu'André Marty, de retour du front, célèbre l'Espagne républicaine.
    La fête s'achève par un spectacle de nuit et un feu d'artifice.

    Réalisé selon les codes narratifs et les conceptions des actualités filmées de l'époque commentaire abondant et déterminant, brièveté, équilibre et variété des sujets-, ce Magazine Populaire réussit néanmoins à investir le champ politique et à exprimer des revendications sociales dans chaque sujet. Il témoigne également de la capacité du Parti communiste à s'adresser à différentes couches de la population française (ouvriers, vieux travailleurs, paysans...) comme de sa volonté à articuler les thèmes de la nation, des régions et de l'internationalisme.

    Générique : « Réalisé par l'équipe technique de la Société La Marseillaise »
    Commentaire dit par : Jean Paul Dreyfus (Le Chanois)
    Lieux et monuments : Paris, Préfailles, Clamecy, Vézelay, Garches
    Personnalités : Maurice Thorez, Jacques Duclos, Benoît Frachon, Louis Aragon, Georges Sadoul, Jean-Pierre Timbaud, Henri Raynaud, Mars, Léon Bru, Jules Bigot, André Marty, Marcel Cachin, Marcel Gitton, Julien Racamond, Alfred Costes, Romain Rolland, Valdo Franck, Charles Besse


    Lieux de consultation : Ciné-Archives, Archives Françaises du Film, Forum des Images.
  • tc intc outduréedescriptionmots clés
    10:00:10:0010:00:30:0000:00:20:00Générique : "Les Films Populaires présentent Magazine populaire n°1 Réalisé par l'équipe technique de la société La Marseillaise" 
    10:00:30:0110:04:26:0000:03:55:24--- 1. La foule parisienne fête le 14 juillet.---- La foule parisienne célèbre moins la Fête nationale que la fidélité au serment d'unité fait le 14 juillet 1935. Cette séquence s'ouvre par un plan évoquant la Fraternité symbolisée par quatre hommes (dont un noir) serrant un même drapeau. Fidélité au serment du 14 juillet. Au son de l'Appel du Komintern, suivent ensuite une délégation du Comité central (Marcel Gitton, Marcel Cachin, Benoît Frachon, Maurice Thorez...), l'Association des Maisons de la Culture (Louis Aragon, Georges Sadoul...), le puissant syndicat des métaux, l'Union des aéro-clubs populaires (menée par des aviatrices) et une délégation d'infirmières. La guerre d'Espagne est alors sur toutes les lèvres : au son de l'hymne de la République espagnole (Himno del Riego) défilent les familles des Amis de l'Espagne Républicaine, l'Amicale des Volontaires de l'Espagne Républicaine (plans sur plusieurs brigadistes blessés et mutilés). 10:03:00:00 La foule chante l'Internationale et défile le poing levé. 10:03:07:00 Apparaît à la tribune Jean-Pierre Timbaud, secrétaire du syndicat de la Métallurgie, Alfred Costes, délégué CGT chez Renault, un délégué espagnol, Maurice Thorez et Henri Reynaud. Des officiers républicains en tenue défilent au son de la Marseillaise. Cette évocation du 14 juillet 1938 s'achève par des plans d'un bal musette à Paris (10:03:40:00) 
    10:04:26:0110:08:30:0000:04:03:24--- 2. Le 32ème tour de France. ---- Juxtaposition de plans sur les cyclistes avalant les kilomètres, et de plans sur les reporters de l'Humanité (Mars, Tuilier, Portier, les coureurs Charles Pélissier et Antonin Magne). 10:05:46:00 La voiture du journal est saluée le poing levé par la foule massée le long des routes. 10:06:16:00 L'arrivée du tour. 10:06:35:00 La voiture-bibliothèque du Centre de Diffusion du Livre fait une halte dans un village, tandis que retentit une chanson espagnole. 10:06:55:00 La voiture de l'Humanité profite de son passage à Reims pour rendre visite à une colonie de petits réfugiés espagnols (ceux-ci, casquettes de l'Humanité sur la tête montrent leurs dessins représentant des Mickeys ou des bombardements aériens). 10:07:27:00 L'échappée finale et l'arrivée au Parc des Princes. Les deux champions franchissent ensemble la ligne d'arrivée. 
    10:08:30:0110:09:15:0000:00:44:24--- 3. Grenoble. Maurice Thorez échappe à un attentat --- Maurice Thorez visite le château de Vizille, suivi d'une délégation. Le matin même, il a échappé à un attentat, pour la troisième fois en quelques années. Le commentaire, dramatique, visant implicitement la Cagoule, précise qu'il faut châtier les coupables et que les chefs sont bien connus.  
    10:09:15:0110:11:06:0000:01:50:24--- 4. Les paysans de France au travail --- "Eté, temps des vacances, du grand air et du soleil, mais aussi époque des durs travaux pour nos paysans." Ce sujet célèbre les travailleurs agricoles et rappelle une revendication du monde paysan : la création d'une caisse de secours contre les calamités agricoles. Ce reportage s'illustre d'images de champs, de gerbes et de meules, de récoltes, de moisson et de battage (contre-plongée également sur un paysan buvant au goulot).  
    10:11:06:0110:13:54:0000:02:47:24--- 5. Paris. Réunis en Congrès, les Vieux Travailleurs réclament leur retraite. --- Devant la Maison des Métallurgistes se tiennent des vieux travailleurs, réunis pour leur premier congrès national. Images des congressistes, puis intervention de Charles Besse (secrétaire général du comité national de liaison et d'action des vieux travailleurs) : "Un métier et du travail pour les jeunes, une retraite décente pour les vieux, une réadaptation et une reconnaissance sociale pour les infirmes de toutes catégories." Nombreux plans sur l'assistance pendant les interventions. 10:12:20:00 Léon Bru, maire de Draveil : "Ce Congrès national tient à rappeler énergiquement aux élus du Front Populaire ainsi qu'à leur gouvernement que l'institution de la retraite aux vieux travailleurs inscrite au programme constitue une promesse des plus solennelles, un engagement des plus sacrés." 10:12:51:00 Pour le P.C.F., Jacques Duclos déclare être prêt à tout pour que cette exigence de justice soit satisfaite. Bru lit le texte adressé aux parlementaires pour leur demander le vote de la retraite. Applaudissements de la salle. 
    10:13:54:0110:16:22:0000:02:27:24--- 6. Paris. Les congés payés. Partir... c'est vivre un peu" Le commentaire rappelle les deux semaines de congés payés récemment conquises. Plans sur un office "Tourisme, Loisirs, Vacances", et sur les offres qu'il propose (Nice, Deauville, Biarritz, Dinard, Chamonix, Vichy...). Images de départ en vacances dans les gares (valises et vélos) et sur les routes, en tandems. (10:14:24:00). A partir de 10:14:41:00, évocation des vacances au bord de la mer. Sont filmés les vacanciers de Préfailles (Loire-Inférieure) dont le casino a été racheté par l'Union des syndicats de la Seine pour y loger ses adhérents, tandis qu'une colonie de vacances héberge les plus jeunes. Sur la plage, les vacanciers s'adonnent dans la bonne humeur à différents loisirs : lecture de la presse politique et syndicale, bronzage, bains, jeux de ballon, pelote basque...  
    10:16:22:0110:20:16:0000:03:53:24--- 7. Clamecy. L'hommage au grand écrivain Romain Rolland. --- Alors que Paris célèbre l'anniversaire de la mort d'Henri Barbusse, présentation de la ville et de la maison natale de Romain Rolland. L'église, les vieilles maisons à colombage.10:17:25:00 Images du vieil écrivain dans sa demeure de Vézelay (en compagnie de l'écrivain américain Valdo Franck) et inauguration d'un stade Romain-Rolland à Clamecy en présence d'une fanfare, de Jacques Duclos et de Jules Bigot, maire communiste de la ville (au son de la chanson Les Partisans). Le dirigeant communiste et l'écrivain se donnent l'accolade. La foule salue le poing fermé et Romain Rolland signe des autographes au son de "Allons au devant de la vie". La journée s'achève par une démonstration de joute nautique.  
    10:20:16:0110:22:03:0000:01:46:24--- 8. Paris pour la défense des quarante heures. --- A l'initiative de la C.G.T. et de l'Union des syndicats ouvriers de la région parisienne, mobilisation, le 2 septembre, pour la défense des quarante heures et des lois sociales menacées. Les manifestants sont venus dès la sortie de l'usine, encore en tenue de travail. 10:20:41:00 Dans la foule, une banderole "Nous voulons les 40 heures". Le Vel' d'Hiv' ne peut contenir toute la foule des travailleurs. 10:21:15:00 Plan sur le Vel' D'Hiv déjà plein à craquer à 18h. 10:21:25:00 Un panneau "Tous unis pour défendre les conquêtes sociales du Front Populaire" surmonte la tribune. Présence fugace d'un travailleur algérien au sein des manifestants. A l'intérieur du Vel' d'Hiv' plan sur trois orateurs : Julien Racamond pour la C.G.T., Gaston Allemane pour la S.F.I.O. et Jacques Duclos pour le P.C.F..  
    10:22:03:0110:33:55:0000:11:51:24--- 9. Garches. La grande fête champêtre de l'Humanité. --- Dans une gare, vue sur la voie réservée au train spécial conduisant à la fête, sur l'air de "Vive la vie, vive la joie et l'amour". 10:22:38:00 Les trains déversent leurs flots de passagers en gare de Garches. La foule marche à travers les bois jusqu'à la clairière. 10:23:21:00 les campeurs installent leurs tentes. 10:23:30:00 l'allée des stands : le stand du Havre, celui du Secours Populaire, Solidarité à l'Espagne, La Vie Ouvrière des portraits de Cachin et de Thorez. 10:24:05:00 Une brève séquence est consacrée à une première dans la Fête - le jardin d'enfants (clowns et balançoires) - ainsi qu'au pique-nique réunissant de nombreuses familles le poing levé (10:24:15:00). Sur la grande scène, après une exhibition de la F.S.G.T (10:24:32:00), a lieu le spectacle baptisé « La ronde des saisons », 10:24:56:00 au son de la chanson des Bâtisseurs ("Flotte flamboyant, Drapeau rouge au vent, Sur les chemins que nous suivons, C’est nous les lutteurs, nous les travailleurs, Un monde nouveau nous ferons.") L'été est symbolisé par des campeurs et des cyclistes en tandem qui saluent le poing fermé. Dansent ensuite des groupes folkloriques nîmois (les farandoleurs), alsaciens et bretons, avant que ne s'envolent des ballons au son de l'hymne de la République espagnole (10:28:25:00) et le sphérique l'URSS. Après un ballet de drapeaux de la République espagnol (10:28:50:00), les spectateurs assistent au défilé des C.D.H au son de la chanson Les Partisans. Suivent, en son direct, les allocutions de Cachin (10:29:31:00), Duclos (10:30:50:00) et Marty (10:31:37:00) - manque celle de Julien Racamond, secrétaire de la CGT, présent sur scène avec eux. Le directeur de l'Humanité se livre à une apologie lyrique et enflammée du journal fondé par Jaurès, « expression du sentiment français ». Duclos dresse un tableau de la situation française et extérieure ; dans le bref extrait présenté il intervient avec force pour les 40 h. Le dirigeant communiste précise ainsi que 50% des ouvriers ne font pas 40 heures et que le Capital a besoin d'une armée de réserve de chômeurs. Marty, de retour d'Espagne, affirme que la République gagnera la guerre et se livre à son tour à une apologie du « journal de la vérité ». La foule entonne alors l'Internationale (10:32:51:00). alors que le nom de l'Humanité s'inscrit avec des lumières électrique. La fête s'achève par un spectacle de nuit (comprenant du French Cancan) et un feu d'artifice. 
  • Aragon Louis - Bal populaire - Besse Charles - Bru Léon - Champ - Comité de diffusion de l'Humanité - Confédération Générale du Travail - Conquêtes sociales (congés payés, retraites, pouvoir d'achat...) - Costes Alfred - Cyclisme - Duclos Jacques - Fanfare - Frachon Benoit - Front populaire - Fédération Sportive et Gymnique du Travail - Fête nationale du 14 juillet - Gare ferroviaire - Gitton Marcel - Grenoble (38) - Guerre d'Espagne, lutte anti-franquiste - Jeu de plage - L'Humanité (fête de) - L'Humanité (journal) - Le Chanois Jean-Paul - Marty André - Moisson - Ouvrier agricole - Pique nique - Racamond Julien - Retraite - Rolland Romain - Récolte - Sadoul Georges - Section Française de l’Internationale Ouvrière - Syndicat - Thorez Maurice - Timbaud Jean-Pierre - Tour de France
Powered by diasite