Guerre Froide

ciné-archives
VIVE STALINE !
    • Genre
    • Documentaire
    • Année
    • 1949
    • Coloration
    • Noir & Blanc
    • Son
    • Sonore
    • Durée
    • 00:14:00
    • Réalisateur
    • Victoria MERCANTON
    • Format original
    • Film 35 mm
  • Hommage à Staline. A la Mutualité (Paris) et sous le portrait de Staline dont on fête le 70ème anniversaire le 21 décembre 1949, discours de Maurice Thorez entièrement consacré à la glorification du chef et du régime soviétique. Maurice Thorez affirme ainsi que le peuple français est en voie de colonisation américaine alors qu'en URSS le pain sera bientôt « fourni gratuitement et à volonté » et que « les fleurs tapissent les pelouses et égaient tous les appartements »... Le dirigeant communiste énumère également des figures emblématiques du prolétariat national et international, toutes redevables, selon lui, à Staline : le métallo parisien, le docker de Londres, le marin de San Francisco, le paysan sans terre du Brésil, le noir de Côte-d'Ivoire et de Harlem, le combattant de l'indépendance au Viêt-nam et en Indochine, le mineur anglais de Kouif, les mineurs de Billy-Montigny (Pas-de-Calais). Les slogans accrochés aux murs de la Mutualité résument fort bien les propos du secrétaire général du P.C.F. : « Honneur à l'homme de la victoire sur le fascisme, à l'homme du socialisme, au théoricien du marxisme-léninisme », « Le peuple de France ne fera jamais la guerre à l'Union Soviétique », « Gloire immortelle au guide du mouvement ouvrier international 1879-1949 », « Anniversaire du camarade Staline, champion de la Paix, de l'Indépendance des Peuples, de la Liberté, du Bonheur Humain ». Au discours de Maurice Thorez succèdent de longs applaudissements, les cris de la foule ( "Vive Staline ! Vive Staline ! Staline... Staline"...) tandis que L'Internationale est interprétée par un orchestre (dirigé par Roger Désormière) et reprise par les participants.

    Paroxysme du culte de la personnalité.
    Vive Staline obtint un visa non-commercial en 1950 après une coupe dans l'allocution de Maurice Thorez supprimant le salut de Maurice Thorez aux combattants de l'indépendance du Vietnam.
    La version restaurée est la version non censurée.

    Générique : «Le P.C.F. présente Vive Staline / Le peuple de Paris réuni le 21 décembre 1949 dans les deux salles de la Mutualité a magnifiquement fêté le 70ème anniversaire du Maréchal Staline. Nous vous présentons le reportage de cette mémorable manifestation ainsi que des extraits du discours prononcé par Maurice Thorez, Secrétaire Général du Parti Communiste Français. Reportage réalisé par un groupe de techniciens communistes».
    Directeur de production : Antoine Maestrati
    Chef opérateur : André Dumaître
    Musique : Internationale (musique et chant en son direct).
    Personnalités : tribune: Charles Tillon, Etienne Fajon, Benoît Frachon, Gaston Monmousseau, André Marty, Jacques Duclos, Marcel Cachin, Waldech Rochet, Maurice Thorez et tous les membres du Bureau Politique du P.C.F.. Chef d'orchestre : Roger Désormière
    Mots d'ordre : "Honneur à l'homme de la victoire sur le fascisme, à l'homme du socialisme, au théoricien du marxisme-léninisme" "Le peuple de France ne fera jamais la guerre à l'Union Soviétique". "Gloire immortelle au guide du mouvement ouvrier international 1879 - 1949".


    Lieux de consultation : Ciné-Archives, Archives françaises du film, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Forum des images, BNF
  • tc intc outduréedescriptionmots clés
    00:00:00:0000:01:20:0000:01:20:00Générique : Le parti communiste français présente / Vive Staline / Le peuple de Paris réuni le 21 décembre 1949 dans les deux salles de la Mutualité a magnifiquement fêté le 70ème anniversaire du Maréchal STALINE / Nous vous présentons le reportage de cette mémorable manifestation ainsi que des extraits du discours prononcé par Maurice THOREZ, Secrétaire Général du Parti Communiste Français. / Reportage réalisé par un groupe de techniciens communiste 
    00:01:20:0100:01:38:0000:00:17:24Médaillon avec le portrait de Staline. Plan sur la banderole qui orne la Mutualité : "HONNEUR à l'homme de la victoire sur le fascisme, à l'homme du socialisme, au théoricien du marxisme-léninisme", "Le peuple de France ne fera pas, ne fera jamais, la guerre à l'Union soviétique".  
    00:01:38:0100:01:55:0000:00:16:24Sous les applaudissements, les dirigeants du PCF arrivent à la tribune, ornée d'un portrait de Stlaine, de la faucille et du marteau soviétiques, et des inscriptions : "70ème anniversaire du camarade Staline, champion de la paix, de l'indépendance des peuples, de la liberté, du bonheur humain". "Gloire immortelle au guide du mouvement ouvrier international 1879-1949".  
    00:01:55:0100:02:58:0000:01:02:24Plan rapproché sur la tribune. On reconnait Charles Tillon, Etienne Fajon, Léon Mauvais, André Marty, Jacques Duclos, Maurice Thorez, Waldeck Rochet, Paul Eluard, Raymond Guyot. Plan sur la foule qui applaudit, debout. Le discours de Thorez commence sur une vue de la foule. Panoramique de la salle vers la tribune. "Vive Staline ! Lancent avec ferveur les travailleurs libres des grands pays socialistes, les fiers citoyens de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Vive Staline ! répondent avec un même enthousiasme, de Prague à Pékin, de l'Elbe au Pacifique, les ouvriers et les paysans des républiques populaires engagées à leur tour dans la transition socialiste." 
    00:02:58:0100:03:40:0000:00:41:24Maurice Thorez à la tribune (on aperçoit en arrière plan un opérateur installer sa caméra pour filmer la salle) : "Vive Staline, cirent d'une seule voix le métallo parisien, le docker de Londres, le marin de San Francisco, le paysan sans terre du Brésil, le mineur, le Noir de la Côte d'Ivoire ou de Harlem, le combattant de l'Indépendance au Vietnam ou en Indonésie. Tous ceux qui travaillent, tous ceux qui souffrent, tous ceux qui espèrent, tous ceux qui luttent, se tournent dans un même élan d'affection et de reconnaissance vers leur ami, leur guide, leur éducateur, leur chef, vers Staline, qui a 70 ans aujourd'hui" Applaudissements et vue de la salle.  
    00:03:40:0100:04:38:0000:00:57:24" Le peuple de France, tous les peuples de l'Europe, saluent leur libérateur. Ils saluent l'homme de la victoire, le discours de Staline que nos militants avaient édité clandestinement et qu’ils diffusaient au péril de leur vie, l'incomparable exemple du peuple soviétique, de ses soldats, de ses partisans, de ses ouvriers, de ses paysans kolkhoziens, de ses hommes et de ses femmes, de ses vieillards et de ses jeunes gens et jeunes filles, tous tendus comme un seul homme vers l'effort et vers la victoire, exaltèrent chez nous la volonté de lutte des patriotes, de nos premiers détachements des Francs-Tireurs et Partisans, de tout le peuple français qui fut, qui demeure et qui demeurera le fidèle allié du peuple soviétique !" (applaudissements)  
    00:04:38:0100:07:18:0000:02:39:24" Staline est l'homme de la Paix parce que l'Union soviétique est par définition le pays de la paix. On ne connaît plus dans le socialisme les contradictions inhérentes au régime capitaliste. On n'y connait plus l’exploitation de l'homme par l'homme, on n'y connait plus les crises économiques, le chômage, la richesse d'une minorité de possédants fondée sur la misère du plus grand nombre dénué de toute propriété. Il n'y a plus là-bas ni capitalisme ni capitaux à faire fructifier par exploitation des peuples coloniaux ou en voie de colonisation comme le nôtre. Dès lors, il n'existe pas, il ne peut pas exister dans la politique soviétique de tendance à l'expansionnisme économique et politique. On 'y convoite point les territoires d'autrui. On n'y est point amenés, comme aux Etats-Unis, à choisir entre la crise ou la guerre. Si le capitalisme c'est la guerre, le socialisme c'est la paix. Staline est l'homme de la victoire, parce que l'Union Soviétique est le pays de la victoire, parce que le système socialiste, soumis à l’épreuve de la guerre, s'est avéré supérieur en tout point au système capitaliste et tout particulièrement à la dictature fasciste, qui est la forme la plus brutale et la plus sanglante de la dictature du capital. Staline est l'homme de la victoire, il est l'homme de la paix parce qu'il est l'homme du socialisme. (...) Nous les travailleurs de France nous saurions demain comme hier nous comporter en alliés fidèles du peuple soviétique et accomplir coûte que coûte notre devoir de prolétaires et de français, en proclamant bien haut que le peuple de France ne fera pas, ne fera jamais la guerre à l'Union soviétique ! " (applaudissements nourris et enthousiastes)" 
    00:07:18:0100:08:50:0000:01:31:24" Staline avec Lénine fut l'organisateur et l'éducateur du parti bolchevique, qui rassembla dans le dur combat contre le tsarisme et toutes les formes d’oppression et d'exploitation, la grande armée de la révolution socialiste. Staline, avec Lénine, fut le dirigeant de l'insurrection victorieuse d'octobre 1917 qui abolit le pouvoir des capitalistes et des grands propriétaires fonciers et instaura le pouvoir des ouvriers et des paysans, la dictature du prolétariat. Staline avec Lénine organisa la transformation révolutionnaire de l'économie, la socialisation de l'industrie, la remise de la terre aux paysans, le passage à la production socialiste. Les quinquennats staliniens ont conduit l'économie soviétique de victoires en victoires, faisant le bonheur du peuple soviétique et émerveillement des travailleurs de tous les pays et provoquant la rage des capitalistes et de leur laquais social-démocrates et réformistes. Les quinquennats staliniens ont permis d'élever sans cesse le niveau de la population soviétique. L'union soviétique va vers l'abondance, chacun travaille, chacun récolte les fruits du travail de tous. Bientôt le pain sera fourni gratuitement et à volonté ! " Applaudissements. 
    00:08:50:0100:12:00:0000:03:09:24" La vie est toujours plus belle dans les cités ouvrières et les kolkhozes, où les fleurs tapissent les blouses et égaient tous les logements, grâce à Staline qui proclama : "L'homme est le capital le plus précieux", le citoyen soviétique connait déjà ce monde heureux ou selon la parole de Marx "Il y a pour tous du pain et des roses". Nous savons pourquoi, du monde entier, monte vers Staline la chaleureuse acclamation de tous les travailleurs, de tous les opprimés, de ceux qui déjà se sont libérés, de ceux qui marchent d'un pas assuré vers la libération. Tous saluent, le cœur ému, l'homme de la victoire, l'homme de la paix, l'homme du socialisme, et Staline est l'homme de la libération sociale, et de la libération nationale, parce qu'il est l'homme du parti léniniste de la classe ouvrière, du parti de type nouveau. Sous le drapeau de Lénine, sous la direction de Staline, l'union soviétique et les peuples libres ont gagné la bataille historique cintre le fascisme. Sous le drapeau de Lénine, sous la direction de Staline, l'union soviétique et tous les peuples gagneront la bataille de la liberté et de la paix. Les hommes, les femmes, les jeunes, les vieux, les mères, tous et toutes veulent la paix ! et tous et toutes condamnent la guerre. Tous et toutes luttent contre la guerre ! Tous et toutes acclament le nom de Staline, synonyme de vaillance et de bonté, de bonheur et de paix. Les mineurs de Billy-Montigny ont offert à Staline une lampe sur laquelle sont gravées ces lignes : cher camarade Staline (...) les mineurs font le serment de ne jamais permettre que l'on attaque leurs frères de l'Union soviétique." Applaudissements. "Le serment des mineurs du Pas-de-Calais est le serment de tous le peuple de France, le serment de tout un peuple qui se souvient et qui crie "Vive Staline, gloire et longue vie au chef du prolétariat international, au dirigeant de la révolution socialiste, au libérateur des peuples, au premier des combattants de la liberté et de la paix. Et nous communistes, que l'ennemi de classe et ses agents croient outrager en nous appelant staliniens, nous redisons bien haut comme il y a 20 ans déjà, notre fierté de ce titre d'honneur et de gloire. Oui de tout notre coeur nous proclamons notre amour ardent pour Staline et nous l'assurons de notre confiance inébranlable. Vive à jamais le fier et grand Staline, vive le communisme ! " 
    00:12:00:0100:14:48:0000:02:47:24Thorez quitte la tribune sous les applaudissements. Vues sur la tribune et sur la salle (le chef d'orchestre Roger Désormière est debout). A la tribune : Frachon, Marty, Duclos, Cachin, Thorez. La fouel scande "Vive Staline ! Vive Staline ! " Le film se clôt sur la foule chantant L'Internationale, sous la conduite de Roger Désormière.  
  • Billy-Montigny (62) - Duclos Jacques - Fajon Étienne - Frachon Benoit - Marty André - Monmousseau Gaston - Rochet Waldeck - Thorez Maurice - Tillon Charles
Powered by diasite